Vous avez dit : innovez !

C’est en 1674 que Van Leeuwenhoek citoyen de Delft au sud de La Haye et drapier de son métier, fit une découverte qui révolutionna la connaissance du vivant. Avec son microscope à une seule lentille sphérique, d’un grossissement de 266 fois, il fut le premier à « voir » des animalcules autrement dit, des micro-organismes de la taille du micron. À ce titre, il est considéré comme le père de la microbiologie.

Microscope utilisé par Hooke

En 1665 à l’âge de 28 ans, l’Anglais Robert Hooke de la Royal Society publiait « Micrographia », un recueil d’observations dans le tout petit. Il avait mis au point le premier microscope qui engendra la passion de Van Leeuwenhoek.

Quel est le rapport avec son métier de drapier ? Aucun !
Comment expliquer alors cette formidable découverte qui ouvrait la voie à la compréhension des mécanismes microscopiques de la vie ? Découverte voulue ou accidentelle ?

Toujours est-il qu’il renversa la manière d’observer le très petit. De la lumière réfléchie à la lumière transmise par transparence, il vit pour la première fois des « choses avec des écailles vertes et très scintillantes » qui dansaient devant son œil. Ces choses contenues dans une micro gouttelette d’eau, étaient vues par transparence à travers une lentille sphérique.

Encore plus étonnant, son microscope mesurait quelque 8 cm et ne fut surpassé que 150 ans plus tard.
Comment avait-il construit son appareil à une seule lentille ? On ne le comprit que 350 ans plus tard… en 2021.

Microscope de Van Leeuwenhoek

Il n’était pas question en effet de démanteler l’instrument préservé dans le musée Boerhave de l’histoire de la science et de la médecine à Leiden, pour comprendre comment avait été fabriqué la lentille assemblée entre deux plaques de cuivre mince. Le PET Scan (Tomographie par émission de positons) révéla qu’il avait utilisé une technique proposée par Hooke consistant à fabriquer une goutte de verre sphérique par fusion.

Mais il fallait ensuite déterminer l’ouverture et la focale de sa lentille pour qu’elle permette ce grossissement exceptionnel.

En résumé, Van Leeuwenhoek inversa la manière d’observer le très petit en perfectionnant une technique déjà existante et en créant un dispositif entièrement nouveau.

Et vous dans votre organisation, comment innove-t-on ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.